Produire des vidéos verticales, ça peut sembler aberrant. Ou en tout cas, ça l’était. Oui, mais voilà, avec l’avènement d’Instagram et consorts, il est de plus  en plus fréquent pour les pros de devoir livrer des vidéos verticales… Avec du matériel « horizontal ». Petit tour d’horizon des techniques à utiliser.

1- Le contexte

Il y plus de 7 ans maintenant, une vidéo avait fait le tour de la toile avec plus de 8 millions de vues. Son nom « Vertical Video Syndrom ». L’idée des auteurs était de démontrer à quel point il était stupide de tourner en vertical alors que tout est prévu (notre champ de vision, les cinémas, les télévisions…) pour les regarder à l’horizontal. Las, entre temps, les choses ont énormément évolué avec la généralisation des smartphones et des plateformes sociales, consommées majoritairement sur téléphones.

Vertical_video_01

Cliquez pour voir la vidéo, en anglais.

Et comme chacun sait, un téléphone se tient à la verticale, d’où le fait que les gens tournent en vertical et regardent en vertical. Instagram ne s’y est pas trompé en introduisant le format « carré » (regardable dans les deux sens, donc) puis a poussé tous les utilisateurs à produire en vertical (photos comme vidéos) avec ses « Stories » et maintenant IGTV (Instagram TV) dont le ratio est de 9/16ème – 1080/1920). Tous les autres acteurs ont suivi : Facebook, Youtube et même Vimeo supportent totalement le mode portrait.

Vertical_video_02

Seuls 25% de l’écran est utilisé en mode paysage pour une vidéo « normale ». L’étude de 2017, montre que 90% des utilisateurs ne se sert que du mode vertical… Source: InMobi.

Fort bien, mais nous, les as de la vidéo traditionnelle, ou du cinéma, en quoi cela nous concerne-t-il ? Et bien si vous avez comme clients des gens issus du monde du Marketing, il y a fort à parier que vous avez déjà eu des demandes concernant le fait de produire en vertical. Si vous avez des clients pubs, vous allez aussi rencontrer ce type de demandes car, par exemple, de plus en plus d’écrans placés dans les magasins sont aussi disposés à la verticale (et surtout la pub se digitalise sur smartphone à la vitesse de la lumière). Et plus simplement, si vous êtes un adepte des réseaux sociaux et que vous voulez générer de la vue sur vos créations, vous pouvez aussi être tentés par l’expérience.

2- Les problèmes posés par la vidéo verticale

Ils sont évidents, mais nous allons les lister. Avant cela, on peut cependant résumer ce changement de culture présumé, par le fait que le mode portrait fait la part belle à l’individu pour ne pas dire à l’individualisme : l’humain est vertical sur ses deux jambes, notre visage est un ovale vertical… A moins de devoir filmer des gratte-ciels ou des bouteilles, le mode vertical pourrait être une sorte de syndrome du Seplhy.

vertical-versus horizontal

Source: Flickr

Le mode traditionnel, quant à lui, est l’art de placer un personnage dans un contexte qui l’entoure et de faire en sorte de l’en détacher (utilisation du flou d’arrière-plan par exemple), ou, à l’inverse de le noyer dedans en le rendant flou. Mais revenons à nos problèmes:

  • Le champs de vision restreint (c’est évident) : si vous désirez montrer un contexte, vous devrez obligatoirement faire des panoramiques.
  •  Nos caméras dont le capteur est en mode paysage, ce qui implique qu’il faut soit en utiliser une petite partie à coup de « crop » (recadrage) ou le retourner à 90°. Mais ce n’est pas tout, même en le retournant, la stabilisation ne sera pas bonne (pas prévue pour travailler dans ce sens), les infos à l’écran seront retournées… Bref, pas pratique.
  • Le corollaire est aussi l’ergonomie: il n’est jamais simple de gérer tous les paramètres en mode « normal », alors quand vous êtes à 90°, c’est pire. L’utilisation de Gimbal (nacelles) relève là encore du challenge.
  • Enfin, l’aspect le plus important réside dans la composition de l’image : toutes les règles sont à revoir dans l’écriture du scénario. Il est par exemple impossible de faire tenir plus de 2 personnes à l’écran. De plus, un client vous demandera souvent de disposer de deux versions du même film : une verticale et l’autre horizontale…
aspect-ratio-illustration

La guerre des ratios. Source: PremiumBeat.com

3- Les solutions techniques

Un grand nombre de commanditaires de films ne comprennent pas (encore) qu’une caméra offre un rendu d’image bien supérieur à leur dernier iPhone;) C’est un peu pareil qu’il y a 15 ans, quand nous devions démontrer qu’une caméra pro en offrait plus que le camescope familial. Peu importe, contrairement aux photographes qui travaillent indifféremment dans les deux modes, en vidéo, on doit s’adapter.

  • A: recadrer une image 4K/UHD.
    Il s’agit de la solution la plus évidente. Une image 4K faisant 2160 lignes en hauteur et comme vous n’avez besoin « que » de 1920 lignes en format 9/16ème, cette solution permet à la fois d’être libre de livrer deux versions du films (paysage et portrait), mais aussi de faire de faux mouvements en post-production pour simuler des panoramiques, etc. Mais attention, lors du tournage, aucune caméra ne propose encore de guide 9/16ème. Il faut alors fabriquer vos propres repères 9/16ème avec un feutre effaçable… Ceci, car sans ce guide, vous ne saurez jamais où l’image sera coupée.

    9/16 mistake

    Typiquement, sans marqueurs d’aide pendant le tournage, on risque toujours de se retrouver avec des sujets coupés. Ce n’est pas rattrapable.

  • B: La caméra à 90°. C’est la solution la plus contraignante mais aussi la plus sûre. Certes, impossible de livrer 2 versions du même film, mais vous êtes certains de la composition de l’image, exactement comme en photo. Pour ce faire, vous pouvez utiliser:
    – un adaptateur en L (L bracket)
    – le moteur « roll » de votre Gimbal (comme sur le Ronin-S) en le fixant à 90° (beaucoup de nacelles savent faire des rotations à 360°)
    – une « ball head » qui, elle aussi, est capable de pivoter à 90°.
    – la cage de votre caméra ou de votre DSLR. Comme elle est en principe pleine de trous filetés sur les côtés, il est souvent possible de la mettre en mode portrait sur la semelle de votre trépied.
  • C: Habiller une vidéo horizontale. Ici, on parle de la solution du pauvre. Celle qui fait que l’on ne pas cropper une image 4K et que la vidéo est déjà tournée en 16/9ème. La seule solution alors, c’est d’habiller les 75% d’espace vide qui restent autour. Pour ce faire, vous pouvez utiliser des fonds animés, mais aussi des titres qui peuvent commenter les images afin de peupler l’espace et de faire en sorte qu’il se passe toujours quelque chose à l’écran comme dans cet exemple :
    IG fill space

4- Post-Production et diffusion

On arrive enfin à une phase qui ne pose aucun problème : tous les logiciels de montage sont capables de créer des projets de la taille que vous désirez et au ratio souhaité. Cette étape n’est donc plus un problème. Le seul écueil réside parfois cependant dans l’envoi de la vidéo et ces normes changeantes (Instagram par exemple, ne tolérait que les vidéos inférieures à 1 mn avant IGTV qui porte cette durée à 10 mn). Depuis un Mac ou un PC de montage, soit vous copiez le film final vers votre téléphone pour publier, soit vous utilisez des logiciels tiers comme Flume (Max OS) ou Gramblr (Windows).
Flume

5- Conclusion

Que l’on soit d’accord ou que l’on trouve le concept de vidéo verticale ridicule, les chiffres ne mentent pourtant pas et démontrent que la demande de production de vidéos « portrait » ou a minima, en deux formats, ne cesse d’augmenter. Autant s’y préparer, car contrairement à d’autres modes, le « vertical » semble s’installer dans les habitudes de consommation depuis des années. Il nous force à repenser un certain nombre de règles de cadrage et de production. Il est assez facile d’être créatif en « vertical ». Je vous recommande à ce titre de visiter le site du Vertical Video Festival. Vous y trouverez des films qui démontrent que l’on peut aussi travailler de belle manière… Dans le mauvais sens. Voici le teaser de la dernière édition, la prochaine se déroulant en septembre prochain.

2nd Vertical Film Festival trailer 2016 (vertical video) from Vertical Film Festival on Vimeo.